Collants de contention : quelques notions à savoir



Collants contention

Malgré les précautions au quotidien, même pendant les voyages en avion, le risque d’insuffisance veineuse reste toujours réel pour certains sujets fragiles comme les personnes âgées et les femmes enceintes. Mais que faut-il savoir avant de se décider pour un collant de contention pour traiter les problèmes veineux.



Consultation d’un médecin



C’est une signe de prudence dès qu’on constate des signes apparents sur le dysfonctionnement de la circulation du sang dans les veines, surtout au niveau des jambes. Même avant d’entreprendre un voyage en avion sur un long trajet, il s’avère toujours mieux de consulter un médecin pour évaluer le risque lié à l’insuffisance veineuse. Les chaussettes, bas et collants de compression constituent une solution pour traiter dans un délai rapide ce dernier. Mais attention de noter que la décision pour la classe de compression qui convient à un patient devrait toujours résulter d’un diagnostic complet. Ceci parce que les classes de compression de ces dispositifs dépendent de l’usage pour lequel sont prévus les moyens de contention. Les collants de contention appartenant à la classe 1 suffisent, par exemple, à améliorer le retour veineux chez les personnes obligées pour une position assise de manière prolongée.



Dans quel cas se passer des collants de contention ?



Il existe sur le marché 2 types de collants de compression. Il y a ceux conçus pour le confort et ainsi pour obtenir une belle jambe et ceux utilisés comme dispositif médical pour traiter les problèmes veineux. Sauf indication contraire par un médecin, les collants de contention peuvent être portés par les hommes et femmes souffrant d’insuffisance veineuse. Le port d’un collant de contention durant la grossesse est même recommandé chez les femmes enceintes. Quoi qu’il en soit, quelques contraintes peuvent conduire un médecin à interdire ce dispositif médical comme un problème d’infection cutanée ou une dermatose suitante.


ch be lu ca